Petit Guide de Survie aux Examens

Alimentation, Mlle Eva, Non classé

blocus

Hola tout le monde !

En cette période tant adorée de blocus hivernal, soyons francs : ce n’est pas la grippe qui risque de nous faire vivre un enfer morval à coups de quintes de toux incontrôlables (Dame Nature a dû se gourer dans ses calculs et zapper le froid et le gel…). Oh non, l’ennemi public numéro UNO de notre petit corps est beaucoup plus vicieux et sournois cette fois… J’ai nommé :

le stress

Je me suis donc dit que le moment était bien choisi pour partager avec vous quelques conseils que je m’efforce d’appliquer depuis que je suis rentrée à l’unif (même après 4 ans, c’est pas tip top au point, mais ça aide promis) (je suis passée de la crise nerveuse à l’acceptation résignée) (c’est déjà ça).

Avant tout, pour mieux l’identifier, voici quelques symptômes parmi les plus courants de ce monstre paralytique qu’est le stress :

  • Maux de tête
  • Changement pondéral (prise de poids ou amaigrissement)
  • Troubles du sommeil
  • Troubles de la concentration
  • Anxiété (sans blague)
  • Douleurs musculaires
  • Douleurs digestives, pouvant aller jusqu’à l’ulcère
  • Palpitations
  • Déprime (crises de larmes, de colère)

Tout un programme, mh ? Sans compter qu’un seul de ces symptômes peut tout simplement ruiner la motivation ainsi que l’efficacité nécessaires à l’étude. Alors imaginez une combinaison de plusieurs symptômes ! De quoi regretter la grippe. Sérieux.

Bon, le but n’étant évidemment pas de vous détruire le moral, passons vite aux remèdes maison, la plupart ayant été testés et approuvés par mes soins. Notez cependant que ce petit guide n’est en aucun cas une garantie de réussite ; il peut, et je l’espère, optimiser les conditions de travail de chacun et éviter au mieux quelconque malaise physique ou psychologique. Mais point de pilule magique ! Pour atteindre la grande dis, pas de secret : il faut bosser 🙂

 Il s’agit donc ici de soutenir l’organisme pour ne pas qu’il souffre du stress !


 magnes

L’état physiologique de stress provoque une surconsommation de magnésium, et les situations stressantes telles que le blocus peuvent, dans des cas extrêmes, mener à des carences. Or, qui dit carence, dit dysfonctionnement du corps ! Car le magnésium est un composant indispensable au fonctionnement de tous les organes (et donc du cerveau) (et qui dit pas de cerveau, dit pas d’étude, forcément). Il est donc utile et recommandé de faire une petite cure de magnésium pour en garantir l’apport suffisant et éviter les désagréments de la carence 😉

On en trouve en comprimés dans la plupart des pharmacies et parapharmacies, voire dans les drogueries et magasins bio.

 / ! \ La composition du magnésium varie selon les marques et peut provoquer des désagréments intestinaux (de joyeuses coliques, youhouu). Si c’est le cas, il suffit d’arrêter la prise et de changer de marque en vérifiant si ce n’est pas la même composition (pour ne citer qu’eux : glycérophosphate de magnésium, L-pidolate de magnésium, citrate de magnésium, gluconate de magnésium, oxyde de magnésium, etc etc etc) (autant dire qu’il y a le choix \o/)

 


omega

Vous vous souvenez de l’huile de foie de morue de votre enfance ? Oui, le truc immonde là, tout à fait. Eh bien, sachez que vos parents ne voulaient que votre bien en vous enfournant ce liquide puant dans le gosier !

Nourriture pour le cerveau par excellence, on en trouve dans les poissons, certaines huiles végétales (colza, soja), les fruits secs comme la noix et les graines de lin (qui vont à merveille dans les shakes). Et c’est nettement meilleur que l’huile de foie de morue !

On peut aussi les trouver dans des petites gélules qui se vendent en pharmacie, magasins bio et autres parapharmacies.


exci

(coca, café, thé noir , red bull et compagnie)

Pas besoin de préciser qu’ils augmentent considérablement le stress… si ? Eh bien c’est chose faite !

Bon, un café le matin si son coup de fouet est vraiiiiiment nécessaire, mais à priori, si le besoin se fait sentir, c’est tout simplement parce qu’on est fa-ti-gué. Et quand on est fatigué… on dort bon sang !

On leur préférera le thé vert (voir ci-dessous), par exemple. Ou, idéalement, une bonne nuit de sommeil (magiiiie !).

253274_10151823979565101_8244143_n

Scène à éviter


sucre

Le cerveau perçoit le sucre comme une « récompense » ; or, dans une situation de stress, on a tendance à augmenter les prises de sucre (et d’alcool aussi d’ailleurs) pour avoir cet effet en apparence déstressant (les « craquages » dans le jargon des stressés), ce qui peut entre-autres mener à une prise de poids. De plus, la prise de sucre favorise l’état physiologique de stress : pour le corps, le stress est une préparation à l’action (se battre, s’enfuir : des réflexes primaires en somme). Tension musculaire, cœur qui s’affole… Et le sucre est le carburant le plus rapidement disponible pour l’organisme ! Il entretient donc les sensations propres au stress pour nous permettre de réagir promptement à une menace.

Pourtant, qu’on se le dise : s’enfuir à toutes jambes devant sa pile de cours à étudier n’est pas une solution que l’on qualifierait d’efficace. Dès lors, adieu le sucre ! Vous verrez, ça en vaut la peine, ne serait-ce que pour arrêter de frétiller comme un asticot hyperactif devant ses feuilles de cours.

tumblr_m9n0yoEvYl1reu1vyo1_500

Vous vous souvenez de Zamy ? 😉


manger peu

et à intervalles réguliers

Bonne nouvelle pour ceux qui, comme moi, passent leur temps à manger pour « se donner du courage », « faire une petite pause », « encourager son cerveau », …

Mais attention : il ne s’agit pas de se faire une boite de cookies par heure. Il est important de manger sainement, en petites quantités et en laissant passer 3 à 4h max entre chaque repas, histoire de maintenir un niveau constant d’énergie dans le corps, sans le surcharger avec une digestion difficile, qui peut mener à la somnolence.

 Les aliments à favoriser :

  • Fruits
  • Fruits secs
  • Légumes
  • Céréales complètes

 Exemple d’un repas blocusien : soupe, craquottes au sarrasin + houmous + caviar d’aubergines, mix de mendiants, yaourt entier (surtout pas maigre !!) sans sucre + myrtilles.

 Très important : ne pas sauter le petit déjeuner ! Il est indispensable pour mettre le corps dans de bonnes conditions et pour le réveiller efficacement. Il faut y privilégier les protéines : un œuf à la coque, une tranche de jambon, du fromage… Ca va activer la production de dopamine, qui aide à s’éclaircir les idées et à préparer le cerveau pour le marathon intellectuel de la journée.

brandphoto30

Bon plan pour remplacer le pain !


tisanes

Plutôt qu’enchaîner les canettes de soda et autres boissons bourrées de sucre, pourquoi pas se préparer une petite tisane ? C’est chaud, bon, parfumé et, surtout, décontractant. Perso, je ne jure que par le rooibos, mais le thé vert (faible teneur en théine qui peut maintenir la concentration) et toutes les autres plantes sans théine font tout à fait l’affaire ; chacun ses goûts !

 / ! \ Réserver les plantes somnifères et calmantes telles que la camomille pour le soir, avant d’aller dormir.

 daa81c58f9e7049fb4ca4ee14bec563d


pauses

L’être humain possède une capacité de concentration limitée, qui varie d’un individu à l’autre. Pour moi, elle tourne autour des 45 minutes, avec une certaine marge quand je suis fatiguée ou que le sujet m’intéresse vraiment (ou pas du tout). A vous de faire le test : combien de temps parvenez-vous à rester concentré sur une seule tâche ? Essayez de relire un cours en vous focalisant le mieux possible, puis arrêtez dès que vous sentez que votre attention se relâche (l’impression de lire sans comprendre, le besoin de relire 1000 fois la même phrase pour la comprendre, le regard qui fuit, soudain absorbé par le vol d’une mouche, …). Voilà ! Vous avez votre temps moyen de concentration. Et autant vous dire qu’une fois dépassé, rien ne peut y remédier d’autre… qu’une pause !

 Profitez-en pour vous faire une tisane, pour manger, regarder un épisode (et UN SEUL :p) (gare à la tentation !), prendre une douche (idéal pour s’éclaircir l’esprit), appeler un(e) pote ou son(sa) chéri(e) pour se plaindre (ça fait toujours du bien !), buter du zombie sur Black Ops (il paraît que ça défoule) ou se déchaîner sur un morceau hard rock, bref, faire quelque chose qui ne requiert pas d’avoir le nez dans ses cours et, surtout, qui distrait !


s'aérer

Et bouger ! Histoire de faire circuler tous les liquides du corps et dérouiller la merveilleuse machine qu’il est 😉 De plus, le stress crée de la tension musculaire : en bougeant son corps, on décharge ainsi toute cette tension ; en d’autres mots, on l’utilise et on évite qu’elle aille se planquer dans le dos, la nuque ou les épaules pour les bloquer sournoisement.

Faire le plein d’air pur, aussi ! Rester dans une même pièce toute la journée, c’est la remplir d’air vicié, plein de dioxyde de carbone et d’autres saloperies dont notre corps nous débarrasse par l’expiration. Sortir faire un tour, aérer, ou tout simplement prendre quelques inspirations à l’extérieur, permet aux poumons de faire le plein d’oxygène pour nourrir notre cerveau, qui en est particulièrement friand.

 Voilà de quoi occuper ses pauses 🙂

 IMG_0384


sommeil

Comme dit plus haut, si on se réveille avec les yeux qui collent et une envie irrésistible de retourner sous la couette, à priori, c’est qu’on est fatigué. Et quand on est fatigué, on n’est pas productif, et on procrastine allègrement ! Mauvaise tactique quand il reste 48h pour lire et résumer 250 pages… Il est donc important de trouver un rythme, qui inclue le nombre d’heures nécessaires pour un repos optimal (attention, trop dormir n’est pas bon non plus), le nombre d’heures nécessaires à l’étude ET surtout le nombre d’heures nécessaires à la glandouille (trèèès importante pour le moral, la glandouille).

Mon rythme idéal est d’aller me coucher vers 1h, me lever vers 9h30, glandouiller jusque 13h et étudier jusque 18h, puis je laisse quartier libre pour la soirée. Je ne m’interdis donc pas de voir des amis ou de faire des trucs sympa le soir, puisque je sais que cela n’empiètera pas sur mon programme et que je pourrai gérer, tant que j’aurai mes 8h de sommeil ! Le plus dur, évidemment, est de s’y tenir, et je n’ai malheureusement pas de solution miracle pour ça 😦 Mis à part une bonne dose de volonté, de la discipline et, éventuellement, un peu d’aide extérieure (mon copain m’appelle à 9h, 9h30 et 10h pour me tirer hors du lit : je dirais que ça augmente mes chances de réveil d’un bon 50%, tout de même, ce qui n’est pas négligeable ;))

 Se préparer au sommeil est également important, en faisant par exemple un petit rituel relaxant avant d’aller dormir, c’est à dire prendre un bon quart d’heure pour faire des choses relaxantes telles que, disons, prendre un bain, boire une tisane, lire quelques pages d’un livre, respirer, faire du sport (tous types de sport) (ahem ahem) (jvous fais pas un dessin 😀 ) etc. Il est important de faire comprendre à son corps et à son cerveau qu’il est temps de se mettre en veille, et avant tout de ne pas laisser le stress vous accompagner pendant la nuit ; il est très mauvais conseiller et risque de parasiter vos rêves ! Qui n’a jamais cauchemardé qu’il foirait sa session, ou qu’il arrivait en retard à son examen du lendemain ? S’endormir zen, c’est le meilleur moyen de se réveiller zen 😉


Et voilà ! Avec tout ça, s’il vous arrive encore de péter une durite face à un cours particulièrement hardcore, et de fondre en larmes d’impuissance, je ne peux que vous conseiller la technique du burrito : enroulez-vous dans votre couette jusqu’à ce que sieste s’ensuive ou, au pire, jusqu’à assèchement total de votre conduit lacrymal. Hurler dans son coussin peut aider aussi à évacuer la tension

hibernation

 En tout cas, bon courage à tous, et surtout, bonne merde les ptits poulets ! You can do it

Des bisous !

Mademoiselle Eva

 Dessins : Mademoiselle Eva

Publicités

Une réflexion sur “Petit Guide de Survie aux Examens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s